Georges Duménil

Les documents de cette page (sauf les adresses et les N° utiles) sont extraits d'une remarquable
"Etude sur Portieux", faite en 1981 pour le compte du CNRS, par Georges Duménil -enfant de
Portieux-, ancien et dernier Sacristain à la Basilique Saint-Maurice d’Epinal, mon oncle,
qui a fourni un travail formidable et utile. A conserver précieusement.


I D E N T I T E

RENSEIGNEMENTS CENERAUX

Nom de la commune
>Portieux

Canton
Canton de Charmes

Arrondissement
Arrondissement d’Epinal

La commune est-elle préfecture, sous préfecture, chef lieu de canton
Non

Nombre d'habitants (rencensement I.N.S.E.E. 1981)
1799 habitants

Nom des habitants
Portessiens

Superficie totale de la commune
709 hectares

Référence de la carte I.G.N. (1/25000è ou I/50000e)
1 /25000è

Code postal
88330 Châtel-sur-Moselle

Numéro I.N.S.E.E. de la commune 355

Station d'été, d'hiver, thermale
Non

Village vert, village fleuri
Ni vert, ni fleuri, mais concours annuel des maisons fleuries

La commune est-elle jumelée à une ou plusieurs communes étrangères? - lesquelles?
Aucune

EQUIPEMENTS - RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

TRANSPORTS

La commune est-elle traversée par une ligne S.N.C.F.? Laquelle ?
La commune est traversée par la ligne S.N.C.F. Nancy - Belfort

Gare S.N.C.F. (voyageurs ) de : (à défaut, la plus proche)
Gare de Vincey, située sur le territoire de la commune de Portieux, distante de 800 mètres

Services S.E.R.N.A.M.
Il n’y a pas de services S.E.R.N.A.M. mais des sous-traitants

Lignes desservies
(?)

La localité est-elle dotée d'un service de transports urbains ?
Non, aucun

La localité est-elle desservie par un service de lignes régulières d'autocars ?
Non, mais à proximité ; située à 1 km, existe à Vincey la ligne d’autocars de la Sté des Rapides de Nancy - Epinal

Lignes desservies
(?)

Y-a-t-il un service de taxi (s) ?
Taxis Verrerie : Cugnin à la Verrerie-de-Portieux (n'existe plus en 2003)

Agences de location de voitures : Non
Aérodrome : Non
Si ligne régulière, laquelle
Est-il le siège d'un aéro-club ?
Autoroute - Proximité de l'échangeur ? Aucun

Route (s) nationale (s)
A proximité de Portieux, située à 1 km la R.N. 57 (Départementale 157 en 2002 à cause de la nouvelle voie rapide qui a pris le nom de Nationale 57) passe en limite Sud de la commune. Accès par le pont qui enjambe la Moselle

Route (s) départementale (s)
Routes départementales C.D. 32 qui relie Charmes à Rambervillers et Saint-Dié. Elle représente l’axe principal qui traverse le territoire du Nord vers le Sud, avec sa bifurcation en direction Est au sein de l’agglomération centrale. Elle permet également de desservir la localité de la Verrerie, son tracé passant à environ 600 mètres de celle-ci.

Voirie communale - longueur des chemins vicinaux
(?)

Canal
Voie navigable : le canal de l’Est, branche sud, joint la Saône à la Moselle, transite en partie sur le territoire de la commune en suivant la vallée de la Moselle

Ecluse (s)
Ecluses – Au nombre de deux portent les N° 27 et 28
27 écluse dite
28 écluse dite

SERVICES AMNISTRATIFS

Préfecture - Sous-préfecture
Préfecture - Epinal
Sous-préfecture - Neufchâteau

Mairie
Une à Portieux. Une annexe à la Verrerie

Agriculture - Forêt (garde forestier)
Forêt : pas de garde forestier, est gérée par l’O.N.F.

Armée - Gendarmerie – Police
Néant

Justice
Néant

Postes et Télécommunications - Bureau distributeur
P et T bureau à Portieux-Centre, plus une annexe à la Verrerie
Le bureau distributeur se trouve à Châtel-sur-Moselle 88330

Finances - Perception de
Perception de Charmes-sur-Moselle

Equipement
A Charmes-Sur-Moselle

Industrie – Commerce
( ?)

Emploi
(?)

Sécurité Sociale - Caisse d'Allocations Familiales
Bureaux à Nomexy

Direction des Affaires sanitaires et sociales
D.A.S.S. à Epinal

Education (Inspection Académique)
Inspection académique d’Epinal

Temps libre – Jeunesse et Sports
Néant

Autres services administratifs
Néant

ENSEIGNEMENT

Primaire public

a) Groupe scolaire du centre : 2 classes 44 élèves plus une salle d’activités polyvalente
b) Groupe scolaire de la Verrerie 3 classe 67 élèves plus une salle bibliothèque plus une salle informatique
c) Ecole maternelle de la verrerie 2 classes 53 élèves plus une salle de jeux plus un dortoir

Primaire privé fondé en 1932

Ouverture d’un juvénat fondé en 1959

Collège secondaire fondé en 1966

A) primaire avec classe enfantine
B) 5 classes 122 élèves
C) Secondaire 6è à 3è mixte, 6 classes 116 élèves

Tout cela devient propriété des Sœurs de la Providence de Portieux

Secondaire et Technique public
Supérieur et Technique public
Supérieur et Technique privé
Ecole de musique publique
Ecole de Musique privée (exclure le particulier)
Ecole des beaux Arts publique
Ecole des beaux Arts privée
Etablissements divers publics
Etablissements divers privés
Néant

SANTE

Pour chaque rubrique, préciser le nom des établissements, nombre de lits ou la capacité d'accueil

Hôpital
Clinique (s)
Maternité (s)
Néant

Dispensaire

Un centre de soins au Couvent rayonne sur les localités environnantes

Maison (s) de repos
(?)

Maison (s) de retraite
Maison de retraite privée (Saint Jean) – Sœurs âgées de la Congrégation des Sœurs de la Providence

Centre (s) pour handicapés mentaux ou moteurs

Belval : cité d’accueil pour adultes privés d’autonomie érigée en "Association de Belval" depuis le 1er juillet 1980

Comprend un Centre d'Aide par le Travail (C.A.T.) de 52 places
Un Foyer de Vie pour handicapés profonds
Un Foyer d’hébergement pour les travailleurs

But : Venir en aide aux personnes handicapées des deux sexes

Tutelles :

C.A.T. la D.A.S.S. pour l’Etat
Foyers : la D.D.S.A.S. pour le département

Pensionnaires 72. Âge de 20 à 60 ans, encadrés par des animateurs et des moniteurs (8) (90 pensionnaires en l'an 2002 et 60 employés (ées) (dixit Maryse Brunette, directrice de Belval). Belval est donc une belle est appréciée entreprise à vocation sociale.
Sections agricole, industrielle, ateliers de couture

Superficie 36 ha dont 5 ha de culture. Superficie répartie comme suit :

Une ferme à vocation polyculture

32 bêtes à l’étable
10 porcs
70 moutons
3 500 M2 de culture du tabac
5 000 M2 de maraîchage
350 M2 de culture sous tunnel

Elevage Volailles

2000 pieds de petits fruits
Une équipe verte

Dindes
Lapins fermiers
Lapins angora
Production de

Légumes
Produits laitiers
Petits fruits

Une industrie

Un atelier de couture pour confection industrielle
Un petit atelier de sous-traitance
Un artisanat

Un tissage main
Un cannage de chaises
Raccommodage
Couture à façon

Etablissement (s) spécialisé (s) pour non-voyants ou mal entendants
Néant

Etablissement thermal Néant

S.A.M.U.
Néant

CULTES

Catholique à Portieux-Centre

Nom de la paroisse : Paroisse catholique érigée sous le vocable de « l’Exaltation de la Sainte Croix ». En l'an 2002 la dénomination a changé, désormais on dit "Paroisse Jean-Martin Moÿe"

Doyenné de Charmes, distant de 5 km

Curé résidant à Portieux (en 2002 le curé habite à Vincey), mais desservant l’annexe de la Verrerie, Moriville et Rehaincourt

A l’annexe de la Verrerie existe une église (paroisse de Portieux) érigée sous le vocable de Saint-Laurent

Le couvent de la Providence possède dans son enceinte deux chapelles. Une à la maison-Mère et l’autre à la Maison de retraite

Protestant : Temple / Pasteur résident ou pasteur voisin
Néant
Synagogue Néant
Mosquée Néant
Autres Néant

Couvent (s) ou communauté (s) religieuse (s)

Couvent : Maison-Mère des Sœurs de la Providence de Portieux.

Congrégation fondée en 1762 par un prêtre de la Moselle le Bienheureux Jean-Martin Moÿe. Elle avait pour but l’instruction des jeunes filles pauvres des hameaux, le soulagement des pauvres, les soins à donner aux malades.

Etablie à Portieux dès 1803, après la Révolution, elle ne fut officiellement reconnue que le 2 août 1816. Elle essaima en cinq branches répandues à travers les monde, des Etats-Unis d’Amérique à l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Afrique, l’Inde, le Viêt-Nam et Taiwan.

MILIEU NATUREL

RELIEF

Altitude minimum- maximum

D’après la carte IGN c’est au confluent de Rochon que l’altitude minimum de 278 mètres a été prise, et au bois de Portieux, partie de la forêt de Ternes que l’altitude maximum de 336 mètres a été prise.

Description topographique (donnée par le P.O.S. de Portieux)

Le territoire de Portieux se présente globalement sous forme de reliefs émoussés localement entaillés par la vallée de la Moselle qui s’écoule du Nord-Ouest au Sud-Ouest du territoire.

Une micro vallée se greffe perpendiculairement à cet axe, traversée par le ruisseau du Rochon, affluent de la Moselle qui déroule son lit à une altitude comprise entre 280 mètres et 307 mètres. Les collines ne culminant guère plus haut, n’atteignant en effet que 336 mètres en leur point le plus élevé.

CADASTRE

Date de la dernière mise à jour cadastrale
La dernière mise à jour cadastrale date de 1946

Ancien (s) cadastre (s) - Préciser leur date

Le cadastre le plus ancien date de 1824 (date communiquée par le cadastre à Epinal). Les matrices cadastrales les plus anciennes sont de 1823. Elles sont conservées aux A.D.V.

La commune a-t-elle été remembrée ? Quand ?

La commune n’a subi aucune opération de remembrement, le paysage agraire de la commune laisse apparaître une disparition progressive du parcellaire traditionnel en lanières remarqué par endroits. La simplification du parcellaire semble bien amorcée sur la commune, grâce encore à l’exemple d’agriculteurs clairvoyants, qui regroupant à l’amiable leurs parcelles, se libèrent ainsi du carcan de l’assolement collectif et rentabilisent au mieux leur matériel (P.O.S. Portieux)


GEOLOGIE

Référence de la carte géologique
1/50 000

Roche dominante
Le calcaire

Particularités

Alluvions récentes

Des alluvions récentes composées de sable et de galets couvrent la vallée de la Moselle(FZ). En bien des endroits de la partie droite de la rivière émergent des calcaires marneux.

Calcaires

La rive droite de la Moselle et les rives droite et gauche du ruisseau appelé le Rochon sont formées de calcaires et de calcaires marneux plus ou moins dolomitiques (T5) formant autour de ces rivières une bande d’inégale largeur.

Carrières

Sur la rive gauche du Rochon sont situées trois carrières désaffectées et une autre sur la rive droite. Les constructions du village ont été bâties de ces pierres jusqu’au 19ème siècle, ce sont des pierres cassantes de mauvaise qualité.

Schistes

Ces formations calcaires sont enserrées sur tout leur pourtour de schistes marneux gris verdâtres à rougeâtres.

Alluvions anciennes, sables, galets, graviers

Situés au centre de ce double enserrement dominent les alluvions anciennes de la rivière. Les dépôts alluvionnaires sont très bien développés et des mieux définissables (occupant de larges superficies : forêts de Portieux, bois de Portieux et bois du quartier) d’âge pleistscène ou preistscène, composés de sables, galets, graviers silicieux gréseux ou conglomératique quartzeux, quartzétiques ou granitiques, associés à des intercalaires argileux, qui ont pu jadis être exploités localement. (FX)

Argileux

Un secteur de Portieux formé d’alluvions anciennes à basses terrasses (15 – 20 m) est particulièrement favorable aux cultures (sans qu’il soit besoin de les interrompre).

Fossiles

Un gîte fossilifère est signalé en amont de Portieux sur la rive droite. On trouve de nombreux spécimens dans ce secteur. Il y a une exploitation de ballastières et gravières sur la rive gauche de la vallée de la Moselle. Aucune découverte de l’époque néolithique n’a été faite à ce jour à Portieux. Les alluvions anciennes varient en moyennes terrasses 38 à 50 m et en basses terrasses 15 à 20 m.

Marnes gypses, sel gemme et bancs stolomitiques

A la limite des bois de Portieux en bordure de la zone T6 existe un petit secteur de marnes irisées inférieures, versicolores à intercalation de gypse, de sel gemme et de bancs dolomitiques – 90 à 100 m.

FLORE - FORETS

Superficie boisée 232 hectares soit 29% du territoire

Répartition forêts privées et domaniales
Forêts communales en deux cantons formant 40 parcelles
1er bois de Portieux – 101 hectares au nord-est du territoire
2ème Bois du Quartier – 31 hectares au sud-est du territoire
Forêts privées – 100 hectares

Essences dominantes Chêne 59%, hêtre 38%, autres feuillus 3%
Autres : Charme, tremble, frêne, aulne, érables, robinier, merisier, alizier.
Quelques résineux : Epicéa, pin, sapin pectiné, pin vzymouth (?), sapin douglas.
Note : La forêt communale est du type futaie hétérogène née d’un taillis sous futaie dont on a gardé depuis des décennies les arbres d’avenir.

Forêt (s) d'exploitation

La production de la forêt se divise en bois d’œuvre (besoins locaux) et bois de chauffage (affouages). Il n’y a pas de forêt d’exploitation.

Pâturages, plantes, champignons, fleurs, tourbières. On trouve quelques surfaces toujours en herbe, affectées en parcs.

Plantes et fleurs :

A) Des bois : bromes et laîches, crin végétal, prêles, belladones, aigremoines, marrule, peu de muguet et d’anémones.

B) Des céréales : Queue de chat (prêle), coquelicot, - les espèces ont péri au désherbage.

C) Des prés : Tulissage, paquerette, violette, pissenlit, primevère (officinale), narcisse des prés, cerfeuil sauvage, sainfoin (peu), vesce, malilot, serpolet, lierre terrestre, chiendent, scabieuse, bardane commune (fossés), pâturin, bromes, minette, fétuque des prés, mélique, cœur tremblant, avoines velues, vulnéraire, centaurées, patiences, hauts-plantins, trèfles, hellébore, colchique…etc. – Flore commune à la plaine sous vosgienne.

A cause de leur qualité nutritive et de leur haut rendement sont utilisés la phléole, le paturin, le ray-grass, les trèfles, lors de réensemencements ou de renouvellement des prairies.

Champignons communs à toutes les régions, dont :

Amanites, Russules, Cèpes, Petits gris, Souchettes, Coulemelles, Pied bleu, Rose des prés, Girolles, Pied de mouton, Trompettes des morts, Langues de bœuf.

Il n’y a pas de tourbières

FAUNE

Faune particulière d'origine ou introduite

Fond de vallée, versants cultivés, bocages, zones marécageuses, friches, bosquets de végétation luxuriante ou désordonnée qui bordent rivière et ruisseaux formant un support naturel idéal pour la petite faune courante terrestre ou ailée, qui bénéficie dans ces endroits d’un milieu calme et sécurisant.

Faune terrestre

Mammifères rongeurs : Rats des champs, d’égout, musqués, souris, mulot

Carnassiers : Chat sauvage, renard, fouine, belette, putois, martre, musaraigne

Insectivores : Hérisson, taupe

Omnivores : Blaireau

Sauriens : Lézards verts gris et brun

Reptiles : Vipères et couleuvres, orvets

Gibier

Cerf, chevreuil, lièvre, sanglier, écureuils, grives, merles, perdreaux, rares faisans

Oiseaux

Echassiers : Hérons ( de plus en plus), bécasses
Palmipèdes : Sarcelles, canard sauvage, mouettes, oies sauvages (de passage)
Gallinacés : Poule d’eau (Foulque Macroule)
Passereaux : Corneilles, corbeaux, bergeronnettes, geais, hirondelles, étourneaux, gelinottes, chardonnerets, mésanges, moineaux, fauvettes, pie, pie grièche, pinson, martins pêcheurs, rossignols, roitelets, rouges gorges

Grimpants

Pics verts

Colombiens

Palombes, tourterelles

De proie

Eperviers, émouchets, grands ducs, chouettes, buses, milans, hiboux, rapaces

Aquatique

Poissons

Brochets, tanches, sandres, perches, hotu, chevesne, gardon, vandoise, rougeots, grémilles, barbeaux, brèmes, carpes, gravières, bavards, ablettes, anguilles, goujons, tanches, loche, lotte, ombre, truite a été introduite, mais existe aussi en truites saumonées non introduites.

Batraciens

Grenouilles, raines vertes, crapauds, salamandres noire et verte, triton

Crustacés

Très peu d’écrevisses, crevettes d’eau douce (gammares)

Reptiles

Couleuvre d’eau

HYDROLOGIE

Sources thermales reconnues : Aucune

Réseau hydrographique de la commune. (Source (s), ruisseau (x), rivière (s), étang (s)

La commune a été doté d’un premier système d’adduction d’eau dès 1850, une source captée vers l’Ermitage, elle alimentait fontaines et lavoirs publics ; elle existe encore.

La deuxième adduction d’eau a été faite en 1937, apportant l’eau dans les maisons, elle est le fruit du captage de trois sources appelées Leconte, dans la forêt de Ternes, à 330 mètres d’altitude, sur le territoire de Damas-Aux-Bois. Elle a été améliorée en 1979 par un système renforcé du stockage et de la distribution

Annexe hydrographique

L’annexe la Verrerie est alimentée en eau par un système de pompage situé dans la plaine de la Moselle, sur le territoire de la commune de Châtel (la station de pompage côte des Bredis)

Ruisseau

Le Rochon (la Verrerie de Portieux et Belval sont sur le parcours du Rochon, affluent de la Moselle, bassin de la moyenne Moselle) sinue sur la commune d’Est en Ouest arrosant la Verrerie et Belval et vient se jeter dans la Moselle, pratiquement à hauteur de l’agglomération centrale. Ce ruisseau a toujours été appelé le Mori dans la traversée de la Verrerie. Il prend sa source à Moriville ce qui indiquerait cette dernière appellation.

Rivière

La Moselle transite dans la vallée suivant un axe Sud-est – Nord-ouest. Les crues de cette rivière atteignent une assez large bande de terrains proches de son lit.

Possibilité (s) de navigation (Canotage, voile, bateau à moteur)

Aucune

Notes : Autre ruisseau

Le ruisseau de l’Ermitage (un Ermitage dépendant de la Congrégation de St Jean Baptiste, situé sur la toute proche commune de Langley, lui a donné son nom) autrefois s’appelait le ruisseau de Honrup, il sert de limite entre Portieux et Langley – C’est ce que disent les autorités de Portieux – La carte I.G.N. le situe sur le territoire de Portieux. C’est un affluent de la Moselle qui se jette dans celle-ci à la limite des communes de Portieux et Langley.

SOCIETE (S) D'AMENAGEMENT, DE PROTECTION DE LA NATURE ET DE DEFENSE DE L'ENVIRONNEMENT

Néant

SOCIETE (S) DE CHASSE ET DE PECHE

Société de chasse fondée à Portieux en 1929 – La Saint Hubert –
Une autre à la Verrerie
Une société de pêche à la Verrerie –
Groupant Verrerie et Portieux

EQUIPEMENTS

Espaces verts aménagés – Parcs

Les H.L.M. de la Verrerie sont encadrés d’espaces verts, pelouses.

Zone (s) protégée (s) - Réserve naturelle

Néant
Jardin botanique – arboretum

Néant

Plan (s) d'eau aménagé (s)
Fruit de ballastières, gravières, un plan d’eau encerclé d’un chemin carossable n’a jamais pu être exploité à cause de la roche formant le fond à 1 mètre 50 de profondeur.

Zoo

Néant

Sentiers balisés - Sentiers de grande randonnée

Néant

Circuit (s) de ski de fond

Néant

EQUIPEMENTS CULTURE-LOISIRS

Musée (s)

Néant

Bibliothèque (s) à la Verrerie, à l’école plus une salle d’informatique

Cinéma (s): disparu depuis longtemps

Théâtre Idem

Salle polyvalente école de Portieux-centre

Centre, social / Discothèque (s) / Casino / Maison de Jeune et de la Culture / Foyer rural

Néant

EQUIPEMENTS SPORTIFS

Stade (s) de football à la Verrerie (plus d’équipes en 2001)

Gymnase (s)
Piscine (s)
Patinoire
Bowling
Centre hippique
Tennis
Golf
Centre de Tir
Terrain de moto-cross
Base de voile
Ski - remontées mécaniques
Autres
Néant

EQUIPEMENTS ACCUEIL TOURISTIQUE

Office de Tourisme ou Syndicat d'Initiative
Hôtels
Campings
Fermes-auberges
Refuge (s)
Auberge de jeunesse
Meublés ou Gîtes ruraux
Villages de vacances
Colonie (e) de vacances
(Pour chaque structure, préciser la capacité d'accueil)
Néant

Démographie

POPULATION AUX DIVERS RECENSEMENTS voir I.N.S/E.E.

(Ne pas répondre, chiffres donnés par l'INSEE) indiquer éventuellement des remarques importantes.

Y-a-t-il dans les Archives des recensements antérieurs à l789. Si oui, indiquer les chiffres et périodes correspondantes (nombre de feux)

Anciens recensements tirés des archives communales

                                                                                                                             Impositions artisans et

Ce recensement a été établi en 1900 par M. Usunier instituteur à Portieux. Quelques notes et Autrefois la page de garde du cahier mentionnait le nom de l’instituteur, par usure ? Elle a disparu

Population actuelle par tranche d'âge

0 à 19 ans - 20 à 65 ans - + 65 ans (Chiffres donnés par L'INSEE)

0 à 19 ans : 405 – 23,2%
20 à 64 ans : 909 – 52,0%
Plus de 65 ans : 435 – 24,8%
Total 1749 : 100 %

Anciens recensements (ne concerne que Portieux-Centre)
A.D.M.M. H41

1° Rôle de ceux qui doivent des corvées en 1719
2° Rôle à imposition du 25 janvier 1753

Nous révèle qu’il y a

16 laboureurs
21 artisans et manœuvres
11 hommes veufs
24 femmes veuves
2 garçons
11 filles
4 couples nouveaux mariés
2 nouveaux entrants
3 sortants
1 admoniateur à Belval
1 domestique à Belval
11 morts
3 nobles frants vivants à Portieux

3° un registre de remembrement de 1709 – 1710

Note : les gens de Portieux devaient les corvées à l’abbé de Saint Léopold de Nancy et à ses religieux, qui étaient des Seigneurs fonciers de Portieux, à cause du Prieuré de Belval transféré en 1616 à Nancy.

Les artisans et manœuvres comportent les professions suivantes

Bocquillion
Bonnetier
Boucher
Boulanger
Charbonnier
Charpentier
Charretier
Clairon
Commerçant
Cordonnier
Fendeur
Hiarcheur
Huillier
Joueur de violon
Laboureur
Manœuvre
Marchand
Masson
Maunier
Parmetier
Peigneur
Poissonnier
Raffier
Recouvreur
Rentier
Scieur de long
Tonnelier
verrier

Nom des hameaux ou écarts de la commune avec le nombre d'habitants correspondants

1) la Verrerie de Portieux : 865
2) Belval : 70
3) La ferme des Sauley (ferme de la plaine de la Moselle)

Nombre de maisons habitées en 1982

Nombre d’immeubles 406
Nombre de résidences principales 598
Logements vacants 77
Nombre de résidences secondaires 30

POPULATION ACTIVE

Pourcentage, pourcentage par secteur (Chiffres donnés par l'INSEE)

Remarques au sujet de la démographie

« Il y a sur la commune une légère supériorité de la tranche d’âge de 0 à 39 ans (48,4%) que l’on peut considérer comme jeune, par rapport à la structure d’âge de 40 à 69 ans (31,1%). Les chiffres du canton de Charmes indiquent une structure d’âge relativement plus jeune que celle de Portieux sur l’ensemble des tranches de 0 à 69 ans. La différence est surtout sensible pour la catégorie des plus de 70 ans, taux plus fort sur la commune que sur le canton, ce phénomène s’expliquant principalement par la maison de retraite de la Congrégation des Sœurs de la Providence. » Tiré du P.O.S.

EXTENSION DE LA COMMUNE

Y-a-t-il depuis la guerre de nouveaux quartiers ? Année de construction

Nouveaux quartiers – au Centre

L’extension sud s’est produite principalement sous la forme de deux lotissements dont les terrains furent viabilisés et équipés par la commune, ils concernent

Le pré Vauthier, démarré en 1971, 12 pavillons
Le lotissement du Mont, démarré en 1979, 5 pavillons

En plus quelques constructions individuelles ont été édifiées en direction de Charmes et de Châtel-sur-Moselle.

Nouveaux quartiers à la Verrerie

Construits à partir de 1965 (1967), une douzaine de bâtiments allant de 3 à 4 niveaux et petits bâtiments annexes, locaux techniques, garages, ont occupé la plupart des terrains libres entourant les constructions de la Verrerie. Cet ensemble d’immeubles collectifs appartient à l’Office Départementale d’H.L.M (O.P.A.C.)

Immigration ou émigration

Solde migratoire négatif. Il reflète en général les difficultés économiques de la région, avec un exode plus important de jeunes en quête d’emplois, mais aussi de logements.

Nombre d'étrangers

76 étrangers dont 47 au Centre et 31 à la Verrerie
Hommes 32, Femmes 44

57 sont âgés de 19 ans et plus dont hommes 24 femmes 33
37 sont des actifs dont 21 hommes et 16 femmes
4 sont des chômeurs dont 2 hommes et 2 femmes
16 sont des inactifs dont 1 homme et 15 femmes

REGROUPEMENT DE COMMUNES

La commune appartient-elle à une agglomération ?
Laquelle ? A quel (s) groupement (s) intercommunal (aux) appartiennent-elle ?
Réalisation (s) effectuée (s) par ce (s) groupement (s) dans la commune.

Néant pour les 3

DIVERS

Enlèvement des ordures ménagères. Organisé par la commune il s’effectue deux fois par semaine en fonction de la catégorie des ordures. Le traitement et triage des ordures s’effectuent à l’usine d’incinération de Rambervillers.

Assainissement

Le Centre ne dispose pas d’équipements type station d’épuration ou lagunage lui permettant de traiter les eaux usées. Celles-ci après traitement par dispositif individuel, sont dirigées, avec les eaux pluviales, dans un réseau unitaire collectif qui les déverse ensuite dans la Moselle.

La Verrerie - le bourg de –

Quant à lui, est doté d’une station d’épuration qui est située en entrée Ouest (route de Belval) de la cité et fut crée en 1969 par l’Office Public des H.L.M. d’Epinal. Le fonctionnement de cette station interdit actuellement son utilisation (en fait elle ne sert à rien. En l’an 2002 elle est complètement et définitivement fichue. G.Triboulot)

Les eaux usées, après traitement individuel sont réceptionnées par un réseau unitaire qui les déverse ensuite dans le ruisseau de Rochon (Mori à la Verrerie) allant à la Moselle.

Note de l'auteur G. Duménil : Cette insertion : assainissement, enlèvement des ordures ménagères, n’a sûrement pas sa place ici. Cependant dans deux questions il y a une sorte de groupement intercommunal, bien qu’il ne soit pas explicité. C’est pourquoi j’ai cru bon d’inscrire ce complément.

HISTOIRE

TOPONYMIE

Noms anciens de la commune

D'après M. Usunier 1900

1100 Port,
1252 Porteceux
1300 Portesieux ou Portecieux
1694 Pourcecieux
1715 Portexieux, Puis Portieux

D'après M. Lepage 1845

Portus Cœlorum
Portus
Portus suavis
Porcieux
Portessieux

D'après lAbbé Gaire 1972

Porteceol
Portesuel
Portessieux
Portescieux

Etymologie (origine du nom de la commune)

Port des cieux (Portus Cœlorum)

La racine Portus vient de port. Portieux par sa situation sur la rive droite de la Moselle à proximité de vastes et belles forêts était autrefois le centre d’un grand commerce de bois que l’on faisait flotter sur la rivière. C’est de cette réalité que vient (probablement) la racine port.

Cœlorum est tiré du mot cieux qu’il représente. Le vallon de Belval évoque bien par son site une sortie sur les cieux. (?)

ARCHEOLOGIE

Vestiges archéologiques (Préhistoire - voie (s) et sites romains –-objets antiques découverts sur la commune – tombeaux - monnaies - statues, etc...)

2 Voies Romaines

La voie de Langres à Strasbourg (embranchement de la voie impériale d’Agrippa-Lyon à Trèves) franchissait la Moselle au plein de Portieux, elle recoupait la voie de Metz à Bâle sur le territoire de Portieux.

Note : En plus du gué du plein de Portieux il y en a un autre à la ferme de Sous Fraize, territoire de Châtel (dixit Mme Chantal Debry, responsable du château fort de Châtel-sur-Moselle)

La voie Metz – Langres au Moyen-Âge avait une grande importance économique.

Voies romaines

Une voie secondaire partait de Portieux, passait par « Mézières » (territoire de Rehaincourt) gagnait Essegney et probablement Baccarat.

Mézières station romaine très importante (dixit Mme Chantal Debry). Des objets antiques furent découverts en 1856 dans la forêt de ternes lors de fouilles effectuées à cet endroit par l’abbé Pierfitte, curé de Portieux. J’ignore si la partie explorée est sur le territoire de Portieux et la nature des objets (médailles antiques et un pied humain).

La statue surnommée "Le cavalier au géant anguipède" représente un dieu barbu et armé dont le cheval terrasse un monstre mi-homme, mi-serpent, a été découverte en 1870, en face de la ferme des Sauley (Chevrot), dans la Moselle au lieu-dit « le Plein », gué de la voie romaine de Langley à Strasbourg. Cette statue est exposée dans la salle d’entrée du musée départemental d’Epinal.

Le plus ancien document faisant mention de la commune, le plus ancien registre paroissial, Préciser les dates et références

1107 c’est la date du document le plus ancien faisant mention de la commune. Il est question de Portieux, sous le nom de Portus, dans l’acte de fondation du prieuré de Belval – A.D.M.M. H33

Bibliographie sur la commune

Imprimés

Etude sur la paroisse de Portieux, abbé Pierfitte. A.D.V. 11.op 14

Inscription d’une cheminée à Portieux – Mémoires de Bar le Duc 1895 page 179, N°16 A.D.V. p28

Portieux – commune du canton de Charmes A.D.V. B228 – Vital Colet

La Verrerie de Portieux – Alban Fournier 1886 – A.D.V. M.O.P. 7

Ecrits de l’abbé Léon Gaire

Notes et dates historiques de Portieux 1972

Belval 1969
Portieux images et histoire 1972
Notes complémentaires sur Portieux 1975
Echos du vieux Portieux 1975 et 1976
En 1995 par Gérard Triboulot

Le Cri du Verre (histoire des verriers de Portieux)

Manuscrits

A la demande de l’Inspection d’académie :

La Verrerie de Portieux par Messieurs L’Huillier et Bastien instituteurs à la Verrerie A.D.V. 11 T 26
Une méthode sur Portieux de M. Usunier instituteur à Portieux A.D.V. 11 T 26
Histoire du Prieuré de Belval par C. Chapelier

Y-a-il des lieux auxquels se rattachent des souvenirs historiques (bataille, séjour illustre) ou des événements importants (lieu de tournage d'un film, lieu de déroulement de l'histoire d'un livre célèbre ...)

Les fusillés de Portieux le furent le 7 mai 1944 pour avoir participé à un parachutage d’armes dans le forêt de Damas-aux-Bois. Sept résistants de Portieux ont été fusillés à la Vierge à Epinal. Leur nom a été donné aux rues de Portieux.

Evolution chronologique

Histoire administrative et politique

(bailliage, anciens arrondissements, familles qui ont marque l'histoire de la commune)

Portieux dépendait du baillage de Châtel-sur-Moselle, de la subdivision financière de Mirecourt, de la recette des finances de Lunéville, du district de Lunéville, de l’Intendance de Lorraine et barrois, enfin Portieux relevait du Parlement de Lorraine. Portieux faisait également partie de l’ancien arrondissement de Mirecourt.

Histoire économique et sociale

(Causes de certaines fluctuations économiques, dates de création et de disparition des usines, anciennes cultures, histoire de l'enseignement, etc...)

Jusqu’à l’établissement de la verrerie en 1705, Portieux était un pays à vocation agricole et viticole. On y cultivait aussi le chanvre et le lin. On trouvait sur place les corps de métiers nécessaires à l’entretien de cette vocation tels que nous les révèlent les rôles des contributions de 1738 à 1778, dans l’énumération qu’ils nous fournissent :

Fendeur de merrains (planches obtenues en débitant un billot de bois, et servant à façonner les douves des tonneaux)
Bûcheron
Tonnelier
Pontonnier
Charpentier
Menuisier
Scieur de long
Charron
Raffier (fabriquant de raffes, anciennes hôtes des marchands)
Charbonnier
Tissier
Hiacheur (peigneur de chanvre)
Pêcheurs
Filandier (fileur de chanvre)
Rubandier
Blanchisseur
Videur de peloton
Fileur de laine
Tisserand
Fileuse de lin

Négociants :

Quincaillier
Porteur de raffes
Vendeurs de fils
Maréchaux-ferrants
Cloutiers
Meunier
Boucher
Boulanger
Faiseurs de salins
Aubergistes
Talloniers
Recardeurs
Vendeurs d’eau-de-vie

Une autre industrie du verre, indépendante de la première s’est installée à Portieux en 18.. (vers 1890 abbé Gaire : "Portieux Images et histoire des Romains jusqu'à nous") : il s’agit de la fabrication de verres de montres créée par la famille Lembach (immigrés venus d’Alsace), elle occupa le bâtiment du moulin et lui succéda. Elle était une des deux seules qui existaient en France. Industrie très florissante pendant quarante ans, elle occupa jusqu’à trente ouvriers de Portieux, hommes et femmes. Elle cessa ses activités en 1934.

Favorisant le développement de l’industrie et du commerce la création du chemin de fer, ligne Nancy – Epinal en 1857, et celle du canal de l’Est, ont été à l’origine de l’établissement d’une filature sur le territoire de la commune de Portieux. C’est par le train qu’arrivaient les balles de coton brut. Le charbon nécessaire à la marche des machines à vapeur était livré par les bateaux.

Pour des raisons de situation (au bord de la nationale 57) la filature prit le nom de Filature de Vincey, tout comme la gare située sur le territoire de Portieux s’appelle gare de Vincey (cela car, n’en voyant pas l’utilité les gens de Portieux refusèrent leur quote-part à cette création).

Inaugurée en 1892 la « Société Cotonnière de l’Est ») fut implantée par la maison Mansard et Garcin de Manchester.

Note : En bordure de la nationale 57 une rue des Cités de la filature portera le nom de rue Garcin, en 2002 c'est la rue des Fileurs.

En 1903 la filature s’agrandit d’un étage
En 1934 la première crise économique
En 1936 deuxième crise économique. Faillite et chômage le 18 mars
En 1937 c’est la reprise et l’abandon du titre « Société Cotonnière de l’est », pour prendre celui de « Comptoir de l’Industrie Cotonnière de l’Est » C.I.C., l’usine entre dans le groupe Boussac –Vincey 1
En 1955 elle prend le nom de « Société Filature et Tissage de Nomexy »
En 1958 création d’un tissage –Vincey 2
En 1960 tissage de nylon et tergal et équipement de métiers « Sulzer »

Telles sont les principales étapes de cette usine qui ferma ses portes en deux étapes :
1978 cessation de Vincey 2. Ce qui conduira à des licenciements et à des mutations.
1981 cessation de Vincey 1. Toute la filature et le tissage disparaissent.

Anciennes cultures :

La vigne, jusqu’à l’invasion du phylloxera qui détruisit toutes les vignes
Le houblon
Le chanvre
Le lin
La betterave qui disparaîtra au bénéfice du maïs (pour ensilages) et qui nécessite moins de main d’œuvre.

Histoire de l’enseignement

1735 - première désignation d’un régent d’école

1761 - un traité pour quatre ans à Dominique Renaudin (Archives communales de Portieux)

Il sera chantre et maître d’école
Il assistera le vicaire dans toutes ses fonctions pastorales
Il tiendra l’église propre, blanchira les linges d’église
Sonnera les cloches, conduira l’horloge
Il est exempt des corvées, subventions et autres impôts, exceptés des droits seigneuriaux
Il est logé dans la maison communale
Il fera porter l’eau bénite dans toutes les maisons le dimanche.

1803 – première école privée – dès 1803 M. Feys curé de Portieux obtient deux sœurs de la Providence pour ouvrir une école de filles. L’école se tint dans la maison attenante à l’ancien cimetière, près de l’église actuelle.

1811 – la commune appréciant les services rendus par les Sœurs construisit une maison d’école sur l’emplacement de celle d’aujourd’hui - (bâtiment école – mairie) en 1841.

1904 – il y avait à Portieux deux classes, celle de l’instituteur pour les grands et celle des petits où une Sœur enseignait dans un même bâtiment.

Il semble par la suite qu’il y ai eu trois classes, la maternelle, une des cours moyens, et celle préparant au certificat d’études.

1966 – les bâtiments construits en 1841 furent abandonnés au profit de nouvelles classes.

Le privé

1932 – Ecole primaire
1966 – collège secondaire mixte

Evolution chronologique

Histoire religieuse

(Patrons des communes, de l’église, patrons secondaires, chapitre, anciennes paroisses, pèlerinage, religions ou cultes disparus ...)

Patron de la commune, Saint Spinule ou Spin décède vers 680, moine de l’Abbaye de Moyenmoutier ; ses reliques furent transférées à Belval le 18 mai 1104.

Patronage de l’église de Portieux. Exaltation de la sainte Croix, 14 septembre.

Patronage de l’église de la Verrerie : Saint Laurent, également patron des verriers.

Moriville, église mère de Portieux (Châtel, Rehaincourt)

Vers 1110, établissement d’une église succursale au Prieuré de Belval, puis cure à Belval, on y ajoute Portieux (jusqu’en 1752)

1752 rattachement de Portieux à Châtel, d’où viennent officier les Vicaires.

Anciennement doyenné d’Epinal, jusqu’en 1784 évêché de Toul, est rattaché à celui de Nancy jusqu’à la Révolution, puis évêché de Saint-Dié et Doyenné de Charmes dès 18 ?

1505 Première chapelle des baptêmes à Portieux
1629 Première église consacrée à Portieux
1715 Le cimetière est à droite de l’église. Les paroissiens sont inhumés à Belval
1720 La tour de l’église de Portieux, à la suite d’accidents, est rétablie en 1738
1783 Reconstruction du dôme de la tour
1838 Nefs et chœur sont rénovés, transformés. L’église terminée est consacrée en 1839
1850 Transfert du cimetière à son emplacement actuel

PERSONNAGES REMARQUABLES

Nés dans la commune ayant vécu dans la commune ou inhumés dans la commune. Donner biographie si elle existe

François Callot

François Callot : 1614 – 1689

Teneur de l’épitaphe placée autrefois dans l’église St Julien de Nancy, déposée au musée lorrain :

AU DEVANT ET JOIGNANT CETTE PIERRE
EST INHUME F. CALLOT MEDECIN
QUI MOURUT A AGE DE 75 ANS
LE 24E DU MOIS DE JANVER 1689
IL NOUS DEMANDE PAR CHARITE
UN REQUIECANT IN PACE AMEN
François Callot, fils de César Callot et d’Elisabeth Dauphin, tous deux natifs de Portieux

François Callot exerça son art principalement à Nancy.

Dans une requête datée de 1678, il écrit que "Dieu lui a donné quelque talent pour le soulagement des individus affligés de la pierre, hargne, cataractes… qu’il s’est exercé à l’hôpital de la Charité de paris, et a voyagé en diverses provinces de France, d’Italie et d’Autriche".

Devenu "l’un des plus célèbres opérateurs occultiste et litpotomiste de son temps", il est anobli le 12 novembre 1662 par le Duc Charles IV. En 1686 il teste à l’hôpital Saint Julien.

Son testament révèle sa famille. Marié à Claire Gérardin, père de Françoise-Augustine (religieuse au Couvent de la Visitation de Nancy), et de François.

Il possède de nombreux biens à Portieux et autour de Portieux ; l’entretien de ces biens et la vente de quelques uns devaient alimenter la caisse du Bureau de Bienfaisance fondé à Portieux par l’auteur de ce testament.

Il y dit entre autres choses : « Si je meurs à Portieux, ou à quatre lieux de ce lieu au plus, je veux être inhumé dans l’église de Portieux ; et que mon enterrement se fasse comme celui des pauvres etc. ».

François II Callot premier médecin et opérateur du Duc Léopold épousa le 18 mai 1684 Françoise Joannés, décédée le 13 décembre 1740 à l’âge de 82 ans.

François Joseph fils des précédents naquit à Nancy le 13 mai 1690 et y décéda le 13 mars 1780. Il était alors docteur en médecine de l’Université de Montpellier, agrégé à la Faculté de Médecine de Pont-à-Mousson, médecin ordinaire des Ducs de Lorraine Léopold et François III, il écrivit de nombreux ouvrages médicaux.

Tiré de Arts et Gloires de Charmes et du Canton A.D.V. 3564 – Article de Gabriel Ladec

Dom Ambroise Pelletier

Dom Ambroise Pelletier : 1703 – 1757

Naquit à Portieux le 7 septembre 1703

Huitième enfant de Joseph Pelletier et d’Anne Hanus, fille de Jean ancien maire de Portieux. Ses parents s’étaient unis à Portieux le 19 juin 1689, son père était maître menuisier à Portieux.

Formé par les bénédictins de Belval, Ambroise Pelletier entra chez les Bénédictins de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe (les bénédictins de la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe sont parfois appelés Vannistes). le 22 septembre 1721. En 1727, comme en 1728 il est religieux de l'Abbaye impériale de Munster en Alsace ; en 1744, il est moine curé de Saint Maurice à Senones et aumônier de S.M. Polonaise.

Don Calmet le charge d’entreprendre la rédaction illustrée du nobiliaire et armorial général de Lorraine et du Barrois. Avec un art consommé de la miniature et un souci de l’objectivité très poussé, il compose un premier livre « Salm en Vosges », puis il écrit son « Nobiliaire ou Armorial Général de la Lorraine et du Barrois », puis il rédige sa « Description de la Principauté de Salm », suivie d’une « Dissertation sur la montagne du Donon ».

Dom Pelletier mourut, paraît-il, victime de son courage intellectuel, beaucoup ne lui auraient pas pardonné sons sens de la vérité !

Sources : « Salm en Vosges », P. de la Condamine, Paris 1965.
Et tiré de « Arts et Gloires de Charmes et du Canton » A.D.V. signé G.L. pour Gabriel Ladec

Triste fin : Dom Ambroise Pelletier fut enfermé vivant dans un cercueil dans lequel on enfonça des chevilles. Il mourut peu après ce supplice.

1François Pelletier

François Pelletier naquit à Portieux le 16 mars 1698. Second enfant de Pierre Pelletier laboureur et haut roulier et de Barbe Gueulin, tous deux de Portieux.

Dès le 16ème siècle cette famille demeurait dans cette localité et y occupait des professions touchant soit à la culture, soit au négoce ; comme plusieurs Portessiens, François reçut une éducation solide et réaliste au sein d’une famille aisée particulièrement travailleuse.

De son mariage célébré à Portieux le 28 janvier 1727 avec Anne Boileau native de Portieux, il eut au moins neuf enfants.

Maître serrurier, il s’intéressa très particulièrement à l’horlogerie et à la mécanique de précision, et devint l’un des plus fameux « maître horloger » de son temps.

Pour l’église il construisit une horloge originale qui rappelait aux bourgeois les heures d’adoration du Saint Sacrement.

Frappé par la dureté du métier de fileuse exercé par toutes les portessiennes, il créa une machine à retordre le fil qui effectuait le travail quotidien de soixante d’entre elles en une heure de temps.

A l’intention du roi Stanislas il inventa une barque se déplaçant toute seule par ressorts remontés par des hommes cachés dans l’embarcation.

Maire et syndic de la communauté de Portieux, il demeura toute sa vie le contribuable le plus imposé de tous.

Sources : « Salm en Vosges », P. de la Condamine, Paris 1965.
Et tiré de « Arts et Gloires de Charmes et du Canton » A.D.V. signé G.L. pour Gabriel Ladec

François Magnien

François Magnien fonde la Verrerie de Portieux en 1705. Par l’implantation d’une verrerie à Portieux a porté le nom et la renommée de Portieux dans le monde entier.

1698 : maître d’hôtel du Duc Léopold
1701 : il est anobli le 20 novembre
1709 : les bâtiments nécessaires à la verrerie sont transformés en fief
1718 : la Verrerie devient Magnienville
1722 : il devient le Seigneur de Magnienville (Magnienville comprenait usine et bâtiments nécessaires à celle-ci, à la Verrerie de Portieux uniquement)
1724 : résigne ses fonctions de Maître d’hôtel
1725 : est dit « Escuyer, Seigneur des Verreries de Portieux, Langley, Essegney, résidait à Magnienville – H 34, A.D.M.M.
1729 : 14 juillet, François III révoque et annule les aliénations faites par son père
1733 : arrêt définitif d’éviction, mais d’importantes indemnités sont accordées aux héritiers.

Tiré de « La Verrerie de Portieux » par Alban Fournier -1886 – A.D.V. Mo. P. 7

Claude Dordelu

Claude Dordelu est anobli le 15 mai 1672, il a habité à Portieux. Il était conseiller, secrétaire du roi Louis XIV. Il deviendra conseiller d’Etat de Léopold en la Cour Souveraine de Lorraine.

François Dordelu

François Dordelu, fils du précédent, a habité Portieux. Gentilhomme ordinaire de Léopold, devint écuyer et avocat à la chambre de consultation établie par léopold.

Charles Napoléon le Barbey de Beaumont

Charles Napoléon le Barbey de Beaumont, maire de Portieux, né à Golbey le 18 juin 1811, fils de Charles et de Marguerite Luce de Gaudel, installa le premier réseau de canalisation d’eau à Portieux, dans le canton de Charmes en 1850 (fontaines et lavoirs publics).

Claude-Eusèbe Feys

Claude-Eusèbe Feys, curé de Portieux, né à Charmes sur Moselle le 16 décembre 1760. Vicaire à Charmes le… 1784. Installa les Sœurs de la Providence à Portieux en 1803. Cette installation devint la Maison-Mère de la Congrégation.

Il a fait consacrer l’église qu’il a fait rénover en 1838. Avec M. François Magnien il est celui qui a fait porter aux extrémités du monde le nom de Portieux.

1Gérard de Vaudémont

Gérard de Vaudémont fils de Gérard d’Alsace et son épouse ont été inhumés à Belval. Don Calmet a fait transporter leurs ossements à Nancy, à l’Abbaye de Saint Léopold.

Thiébaut X Capitaine Général de Bourgogne

Thiébaut X Capitaine Général de Bourgogne, fils de Thiébaut IX, Seigneur de Neufchâtel, Maréchal de Bourgogne, décédé en 1642. A été inhumé à Belval

DIVERS

1637 : Les troupes de Turennes cantonnent à Portieux. Elles s’y installent

1642 : L’Abbesse de Remiremont, se rendant en pèlerinage à Notre-Dame de Bonsecours de Nancy, coucha à Portieux après avoir dîné à Thaon.

1635 : Jean Xainvoin reçoit 4 gros pour avoir servi de guide au Prince de Condé qui allait à Portieux.

ECONOMIE

ARTISANAT

(Exclure l'artisanat d'art -voir chapitre G) - Nom des entreprises - Date de création - Nombre de salariés - Produits fabriqués ou activité

AGRICULTURE

Nombre d'exploitation (s) (Chiffre donné par l'INSEE)

Nombre d'exploitations agricoles : 6 mais 5 effectives

Si l’I.N.S.E.E. en mentionne six, celle de la Verrerie n’est plus une exploitation, elle est actuellement morcelée en plusieurs fractions.

Activité dominante (élevage ou culture)

L’élevage domine : 29 ha de prés pour 54 ha de terres

Quels produits

- Cultures principales (céréales, fourrages, betteraves, etc ... )
- Cultures spécialisées (maraîchères, fruitières, florales, pépinières, cultures forcées, etc...)
- Elevage classique et spécialisé (ex. aquaculture, etc-)
- Produits transformés
- Spécialité régionale et gastronomique
- Coopérative (s) de produits avec vente au public
- Produits vendus à la production

Cultures céréalières, fourragères, peu de betteraves qui disparaissent au profit du Maïs. On trouve au C.A.T. de Belval des cultures maraîchères diverses (voir la relation qui en a déjà été faite). A usage privé le Couvent produit aussi des cultures maraîchères et l’élevage de volailles.

L’élevage n’a pour but final que la production laitière en grande majorité

Evolution et transformation (s) récente (s) du paysage agricole

Néant

Exploitation forestière –Scieries

En dehors des affouages, il n’y a pas d’exploitation forestière

INDUSTRIE

Nom des entreprises. Date de création. Nombre de salariés. Produits fabriqués

La verrerie de Portieux actuellement (1981) dénommée : Cristallerie des Arts de Portieux
A été fondée en 1705
99 employés dont 45 verriers
Gobeleterie et tout ce qui a trait aux arts de la table

1960 : Top design jusqu’à nos jours et retour aux choses anciennes avec le « Bullé »

1965 : C’est la période de l’Opaline de Lorraine, spécialité de la verrerie de Portieux

Petit historique de la verrerie de Portieux

1698 : Tonnoy : Magnien et Joseph Lapommeray, après dissensions
1702 : Transfert des parts de Magnien à Portieux : gobeleterie
1705 : 1er four à Portieux village, durée 13 ans
1710 : 2ème four à la Fontaine de Villers (actuellement la Verrerie) 8 ans : verre à vitre
1714 : 3ème four à la forêt de Fraize : glace de miroirs et de carrosses
1718 : Suppression des fours de Portieux-village et Fontaine de Viller, rassemblement sur la verrerie de Fraize, l’actuelle verrerie
1733 : Fabrication de verres, cristaux, cristallins et autres ouvrages de verreries
1870 à 1945 : Gobeleterie en verre fin, services de table, et tous articles servant dans les ménages et ailleurs

Autres renseignements (non imputables à Georges Duménil) :

Aperçu de la production de la verrerie au cours des âges

Sources : supplément de "Clartés"
"Cristal de Portieux" par M. et Mme Pierre Scholl

De 1700 à nos jours : Services de verres à boire
De 1700 à 1775 :Verre à vitres
De 1710 à 1722 : Glaces
De 1725 à 1750 : Bouteilles
De 1770 à 1790 : Boules de verre
De 1810 à nos jours : Articles taillés
De 1840 à nos jours : Articles moulés

Dès 1860, mais surtout

De 1946 à nos jours : Opale
De 1947 à 1955 : Verrerie mécanique
De 1961 à nos jours : Opaline
En 1966 : Cristal (uniquement du cristal en 2003)


Fin des renseignements de M. et Mme Pierre Scholl

Propriété

1705 – 1714 Magnien
1714 – 1718 Magnien plus Laurent pour la verrerie de Fraize
1714 – 1718 Magnien plus Dordelu, Crétal, Dubois associés pour Portieux-Village plus Fontaine de Viller
1722 Magnienville fief de haute, moyenne et basse justice
1729 François III annule toutes les aliénations faites par son père Léopold
1738 Propriété Domaniale, mise en adjudication. C’est l’ère de Mrs Cogney et Daix les fermiers
1738 – 1750 Daix seul
1750 – 1752 Au tour de M. Dietrich
1752 -1770 Apparaît M. Anciaux
1770 – 1784 Mrs Lamy et Serva
1784 – 1796 Lamy et Bourg
Note : La famille Mougin, descendante de M. Lamy (1770 à 1886) fournit un directeur
1870 – 1960 La verrerie de Portieux s’appelle la « Société Anonyme des Verreries Réunies de Vallérysthal et Portieux »
1961 C’est la Compagnie Française du Cristal qui comprend : Portieux, Vannes le Châtel en Meurthe et Moselle, Bayel dans l’Aube et Fains les Sources dans la Meuse
1965 C’est la liquidation de Fains les Sources
1971 Au tour de Vallérysthal
1982 Liquidation de Portieux
1983 Création des « Arts de Portieux » par les salariés qui deviennent tous actionnaires (j'ajoute : actions qu'ils ont achetées en laissant leur prime de licenciement. J'étais avec eux. Gérard TRIBOULOT)
1985 Nouvelle société « Les Arts de Portieux » en association avec Limoges pour 51% et Baccarat pour 3%

Gérard Triboulot complète et ajoute :

1987 : Fin 87, début 88, flou dans l'entreprise, celle-ci n'existant plus juridiquement

1988 : Le 17 mars rachat de l'entreprise par Monsieur Catherine, un industriel de la vallée du Rabodeau

1992 : Monsieur Catherine est toujours installé à la tête de l'entreprise jusqu'au mi-temps de l'année. Une décision du tribunal de commerce prononce la liquidation de la verrerie de Portieux. En janvier 1993 c'est toujours l'impasse, l'attente

1992 - 1993 : Du 21 novembre 1992 au 1er juin 1993 la verrerie est contrôlée par un administrateur (un syndic)

1993 : Voici qu'un triumvirat se décide à redonner à la verrerie de Portieux une chance de survie. Avec comme P.D.G. Monsieur Jean-Paul Demay, comme directeur commercial Monsieur Bernard Malige, associé à Monsieur Jean Geoffroy, le Directeur Général.

Sous la dénomination "Cristal des Arts de Portieux", la Société redémarre le 1er juin 1993 à 5 heures, avec un effectif de 33 personnes. Le tribunal de commerce de Mirecourt donne le feu vert à la nouvelle équipe le 17 mai 1993

1995 : Une fois de plus, la société "coule". Elle sera reprise aussitôt ( le 24 octobre ) par M. Pascolini, mais la valse des patrons n'est pas terminée pour autant...

1995 - 1996 : Fin 1995 déconvenue de M. Pascolini, l'usine est gérée par un administrateur jusqu'en

1996 : Le 15 mai 1996 c'est Monsieur Jacquet, l'actuel patron qui sauve une fois de plus les rescapés en rachetant la verrerie de Portieux et Valléristhal

1999 : Monsieur Jacquet aidé de son fils fait du bon travail et la Verrerie "tourne" bien en dépit des difficultés

Reprenons l'étude de Georges Duménil

A) Industries :

1) Arts de Portieux, verrerie fondée en 1705. 94 emplois en 1952
99 emplois dont 45 verriers en 1986

2) Dépôt M.V.M (Manufacture Vosgienne du Meuble de Mattaincourt), 5 emplois dans des locaux en locations dans les anciens bâtiments de la filature

3) Poste électrique E.D.F., suite des bâtiments du poste de Vincey –C.R.T.T. Est, 78 personnes dont 52 ont le statut de travailleur

B) Industrie artisanale :

1) 1 scierie de bois fondé en 1944 - M. Tridon - 7 emplois, fabrique surtout de la palette pour cagettes

2) 1 chauffagiste - Sanitherm – fondé en 1947, 4 emplois

3) 1 Sécurité-Confort-Isolation, fondé en 1977, 5 emplois

4) 1 menuisier, 1 emploi

C) Profession libérale :

1) 1 médecin

2) 1 pharmacien

Commerce

Nombre de commerces par type d'activité - Nombre de salariés - Jour de marché - Date de la foire annuelle (préciser date de création)

Portieux-Centre

Un bar - hôtel
Une épicerie – boulangerie
Une épicerie- Coop
Un débit de tabac

Portieux la Verrerie

Une boulangerie
Une épicerie, la Coopérative
Un débit de tabac
Un café
Une pharmacie

Caisses d’Epargne

Une au Centre
Une à la Verrerie

Groupements d'intérêt économique

Chambre de Commerce et d'Industrie / Chambre de métiers / Chambre d'Agriculture / Association de commerçants / Groupement de consommateurs / Maison de syndicats

Néant pour tous

PATRIMOINE

Sites et curiosités naturelles

Point (s) de vue, étang (s), lac (s) belvédère, cascade (s), forêt (s), grotte (s), arbre séculaire.

3 anciennes ballastières transformées en étangs, à droite après le pont sur la Moselle

Architecture civile et militaire

Monuments anciens, château, enceinte, tour (s), maisons remarquables, halle, fontaine, four, moulin, beffroi, campanile jardins, usines, cités ouvrières, hôtels, ponts, ruines, bornes armoiriées ou datées, plaques de cheminées dignes d'intérêt, etc.

Architecture civile

Portieux ne possède pas de maisons remarquables, mais certaines portent la date de leur construction inscrite sur la clé de l’arc de la grange ou sur le linteau de la porte d’entrée, avec, parfois, les initiales du constructeur ou du propriétaire d’alors. Datées du 17ème siècle plusieurs ont survécu à la guerre de Trente ans.

On trouve :

1633 une porte d'entrée au N° 10 de la rue Gustave Chardot
1610 une porte de grange au N° 13 de la rue Gustave Chardot
1610 une porte de grange au N° 8 de la rue Lucien Perrin
1613 une porte de grange au N° 9 de la rue Lucien Perrin (Inscriptions disparues)
1616 une porte d’entrée, linteau (1.6.1.6 - P.G) au N° 30 de la rue Gustave Chardot
1617 une porte de grange au N° 7 de la rue Lucien Perrin (1617 - DB - C)
1621 une porte de grange au N° 26 de la rue Gustave Chardot
1633 une porte de grange au N° 1 de la rue Gustave Chardot (Plus de porte pas plus que d'inscriptions après rénovation)

Après la guerre de Trente ans

1684 une porte de grange au N° 3 de la rue Gustave Chardot (Plus de porte pas plus que d'inscriptions après rénovation)
1684 /1810 une porte de grange au N° 4 de la rue Gustave Chardot
1725 une porte de grange au N° 12 de la rue Gustave Chardot (DOM ou CD-AD-1725)
1727 à l’intérieur (ancienne chapelle) N° 1 de la rue du Bac
1728 à l’intérieur au N° 10 de la rue Lucien Perrin (NL- AR-1728)
1731 une porte d’entrée au N° 20 de la rue Maurice Coindreau (pieds droits et chapiteaux sculptés)
1734 à l’intérieur au N° 20 de la rue Maurice Coindreau (sur la remarquable cheminée)
1735 une porte d’entrée au N° 15 de la rue Lucien Perrin, (sous une belle niche - 17 – I – B – M – M – A - 35)
1735 une porte de grange au N° 15 de la rue Lucien Perrin (IBM- AM -1735)
1788 au-dessus de la porte d’entrée au N° 1 de la rue Lucien Perrin (17 – de chaque côté de la niche – 88 – 1788 )
1810 au N° ? de la rue Maurice Coindreau
1827 une porte de garage rue Roger Cossin (Plus de porte pas plus que d'inscriptions après rénovation)
1866 une porte d’entrée au N° 42 de la rue Lucien Perrin (transformation de l’ancien moulin modernisé)

Dans la maison qui suit je n'ai pas (Gérard Triboulot), en juillet 2002, été en mesure de prendre des photos de ce qui est décrit plus avant, les locataires m'ayant affirmé avoir dissimulé toutes ces choses du patrimoine, derrière de gros meubles qu'ils ne désirent pas déplacer... pour l'instant. Mais, le jeudi 19 août 2004 alors que la maison est mise en vente, je visite et prends, enfin, des photos de la cheminée et de son inscription : quant à la plaque de cheminée que l'on distingue, les inscriptions sont maintenant invisibles. Voilà ce que dit de la cheminée M. Georges Duménil dans son travail : "La maison (Ancienne maison Hachon aujourd'hui prorpiété de M. Vincent) située au N° (11) rue Maurice Coindreau possède une majestueuses cheminée soutenue par une colonne formant pilier, dont M. l'abbé Pierfitte a donné la description suivante" :

"Inscription d'une cheminée à Portieux, disposée en trois lignes sur un cartouche rectangulaire oblong avec une frise agrémentée de trois ornements en forme de S très minces, allongés et couchés, séparés par des points. Une bordure plate encadre le cartouche intérieur ; des angles se dégagent latéralement des bordures, qui après s'être rejointes deux à deux pour former des triangles, se prolongent en manière de petites volutes ; un ruban rectiligne relie, au sommet de chacun des triangles, les bordures qui le dessinent. Tout cet ensemble est placé dans un grand cartouche oblong rectiligne, avec bordure plate. Vers les coins sont placés les quatre chiffres composant la date 1734. Voici le texte imprimé au livre de Vob - 7 - 7 -

A --------- 7

Homo Nascitur
Ad. Laborem. Et
Auis Ad. Volatum

3 --------- 4

Traduction Georges Duménil : "L'homme est fait pour travailler
Et l'oiseau pour voler"

Cette maison, dont on possède la plan aux A.D.M.M. (H42) du 8 avril 1738 appartenait aux Révérends Pères Bénédictins de Saint Léopold de Nancy, à cette date (qui doit être celle de sa réfection)

Elle a abrité les familles Callot, Pelletier, Dordelu, Le Barbey de Beaumont.

Une plaque de cheminée y est aussi visible. Elle porte la date de 1584. Nul jusqu’à présent n’a pu en donner ni le sens, ni l’origine. Une croix en son centre terminée aux extrémités supérieures de fleurs de lis repose sur un cercle autour duquel sont six sortes d’étoiles, deux autre fleurs de lis sont distribuées de chaque côté de celle formant la pointe de la Croix, la date séparée en deux par le bras supérieur de la croix est encadrée d’écus au centre desquels des levrettes debout s’appuient sur un support (sceptre ?)

La maison située au 1 de la rue Lucien Perrin, possède un escalier à vis fait de pierre. La très jolie niche en façade au-dessus de la porte d’entrée est très saillante sur le mur. La date inscrite en deux parties de chaque côté du socle très ouvragé de la niche, peut aussi bien indiquer 17 88 que 17 38, le troisième chiffre étant très effacé. Le dais arrondi comme le socle est sculpté de feuilles très fines.

L’escalier à vis, dans sa tourelle, semble bien contredire la date inscrite à la niche qui semble être plus récente que l’ensemble.

Pièce d’architecture moderne, 1890, l’ancienne filature de Vincey, construite sur le territoire de Portieux, a une allure tout à fait angulaire. Ses créateurs étaient une société de Manchester (vois plus avant).

Le premier bâtiment est cantonné en ses angles d’une tour à créneaux dont l’un des plus important supporte l’horloge. Un rez-de-chaussée et trois étages forment l’ensemble terminé par une toiture en terrasse garnie aussi de créneaux.

Le deuxième bâtiment ne comporte que deux étages. Le tout est construit de briques rouges, dont une très grande quantité furent fabriquées au pays.

Cités ouvrières

Il reste encore à la Verrerie quelques vestiges des cités d’autrefois.

Architecture Sacrée

1ère église

1629 : Date de la première église de Portieux

2ème église

1720 : Pose de la première pierre de la tour
1725 et 1737 : Est rebâtie (à cause de malfaçons et de la foudre qui a causé de sérieux dégâts au clocher). La décoration du frontispice du portail date de cette époque
1835 : Reconstruction de la nef

A l’église de Portieux, on trouve encore, gravés sur les anciens bancs de la première église, le nom de certaines familles présentes avant la révolution, quelques dates y sont jointes ; on y retrouve plusieurs Pelletier et un Calot.

Mobilier – Objets d’Art –

Statues

Piéta : XVe siècle en pierre polychromée
Origine probable : Prieuré de Belval, probablement
Actuellement : En l’Eglise de Portieux

Vierge à l’Enfant : XVe siècle, en pierre, 85 cm de hauteur
Origine probable : Prieuré de Belval
Actuellement : En l’Eglise de la Verrerie
Traits particuliers : La couronne de la Vierge est faite d’une alternance de fleurons et de petites croix ; l’Enfant tient à deux mains un livre ouvert sur lequel se porte son attention

Vierge à l’Enfant : XVIIe siècle, peinte ; Notre Dame de Bonsecours
Origine : La chapelle du Bac à Portieux
Actuellement : En l’Eglise de Portieux

Vierge des Passions : XVIIe siècle pierre autrefois polychromée
Origine probable : François Callot ; Un don ; Ses armes sont gravées sur un écu dans le bas de la robe
Actuellement : A la sortie du village dans la petite chapelle

Vierge de la Visitation : XVIIe ou XVIIIe siècle; Bois
Origine probable : Inconnue
Actuellement : En l’Eglise de Portieux

Saint Fiacre : XVIIIe siècle ; Bois peint
Origine probable : Prieuré de Belval
Actuellement : Chapelle du C.A.T. de Belval

2 têtes de Saints : XVIIe ou XVIIIe siècle en pierre polychromée
Origine probable : Prieuré de Belval
Actuellement : C.A.T. de Belval ; trouvées lors de travaux à l’emplacement de la Chapelle

Vierge ? : XVIe ; Collection particulière

Statues

Empereur Héraclius : XVIIIe siècle en pierre
Origine probable : Construction de la tour de l’église en 1737
Actuellement : Porche de l’église de Portieux

Empereur Héraclius :
Actuellement : Eglise de Portieux

Saint Spinule ou Saint Spin :
Actuellement : Eglise de Portieux

La hauteur à laquelle elles sont juchées, n’en permet pas l’examen. Elles sont liées au signe du patron de la paroisse et de la commune : St Spinule et celui du titulaire de l’église : Exaltation de la St Croix ; Héraclius empereur d’Orient reconquit la Sainte Croix, qui avait été prise par les Perses, comme butin, et la ramène à Jérusalem - en 630

Statues processionnelles : XVIIIe siècle ; ou de confréries
St Sébastien, bois peint
St Michel, bois doré
St Nicolas, bois doré
Vierge du Rosaire, bois doré
De la Congrégation, bois doré

Conservées à l’église de Portieux

Saint Spinule ou Saint Spin : XVIIe ou XVIIIe siècle ; Bois peint
Origine : Eglise de Portieux
Actuellement : Collection privée

Père Eternel : XVIIIe siècle ; Pierre ; Dieu créateur entouré de six angelots
Origine : Eglise de Portieux
Actuellement : Collection particulière

Crucifix : XVIIe ou XVIIIe siècle - Bois peint
Origine :
Actuellement : Préside au Maître-Hôtel dans l’église de Portieux
Particularité : Expression janséniste

Crucifix : Bois peint
Origine :
Actuellement : Eglise de Portieux – Grande nef

Crucifix : Bois peint
Origine : Croix de l’ancien cimetière
Actuellement : Entrée du village en bout du pont sur la Moselle

Croix : XVIe siècle – Pierre – 1598
Origine : Ancien cimetière de Belval
Actuellement : Dans l’église de Portieux

Croix de chemin : 1826 – Simple croix
Origine : Don de Mlle M.A. Morel
Actuellement : Sortie de Portieux, route de la Verrerie
: Les réparations n’ont pas laissé subsister la date
Actuellement : Sortie de Portieux, route de Rambervillers
: Souvenir d’une très ancienne mission

Mobilier

Stalles et chaire : de l’église de Portieux, boiserie du chœur
: Bois

Grilles du chœur : XVIIIe siècle – Fer forgé
Particularités : Sont attribuées à un membre de la famille de Jean Lamour

Bénitier : XVIe et XVIIe siècle
Origine : Chapelle des baptêmes à Portieux et première église de Portieux – consacrée le 26 juillet 1629
Particularités : Deux parties reconstituées en une seule
a) XVIe cuve baptismale – pierre blannche dure
Sanglots portant chacun un écusson, l’un porte la date de 1557, un autre un chiffre avec 3 initiales P.A.G.
b) XVIIe fut de la colonne qui supporte la cuve, porte la date de 1645

Grilles des fonts baptismaux : 18ème siècle – Fer forgé – P. 1731

Autel de la Piéta : XVIIe siècle – Bois peint
Origine : 1ère église, consacrée en 1629 par Mgr Gournay évêque de Toul
Particularités : Orné de tous les attributs eucharistiques

Orgue : 19ème siècle – 1839
Origine : Un généreux donateur anonyme
Particularité : Un des premiers du canton

Cloches : 18ème et 19ème siècle – 3 cloches
Particularités : Celle du 18ème bénite en 1732 est encore au clocher (plus en 2002)

Reliquaire de St Spin : 17ème siècle - Bois doré
Origine : Prieuré de Belval
Actuellement : Posé sur l’autel de la Piéta à l’église de Portieux

Mobilier – Objets d’Art

Belval

Chapiteaux : 12ème siècle – en pierre
Origine : Basilique du prieuré de Belval, 1ère église
Particularités : à palmettes
Actuellement : Entrée du C.A.T de Belval

Chapiteaux : 12ème siècle – en pierre
Origine : Basilique du prieuré de Belval, 1ère église
Particularités : Grappes de raisin et feuillages
Actuellement : Basilique Saint Maurice à Epinal

Retour du croisé : 12ème siècle – En pierre
Origine : Sépulture de Gérard Conte de Vaudémont et de son épouse
Actuellement : Eglise des Cordeliers – Musée Lorrain à Nancy
Particularités : Ossements transférés à l’Abbaye Saint Léopold de Nancy par Don Calmet en ?
Monument funéraire : 16ème siècle – En pierre
Origine : Sépulture de Thiébaut X Capitaine Général de Bourgogne (Fils de Thiébaut IX de neufchâtel Maréchal de Bourgogne)
Décédé en 1469 – Inhumé au prieuré de Belval
Particularité : Monument transféré au 19ème siècle au musée Lorrain à Nancy

Carte : 18ème siècle

Origine : Abbaye St Léopold de Nancy
Particularité : Représentant les propriétés de cette Abbaye à Belval – Portieux – Magnienville (la Verrerie) et Châtel
Actuellement : Au C.A.T. de Belval – Salle Jeanne d’Arc

Saint Fiacre : XVIIIe siècle - Bois peint
Origine probable : Prieuré de Belval
Actuellement : Chapelle du C.A.T. de Belval

Patrimoine culturel

Musées (Préciser le nombre de collections et leur comportance)

Un privé au couvent

Bibliothèques (préciser le nombre de volumes, l'importance et la nature des fonds anciens s'il y a)

Scolaire

Privée au Couvent de la Providence, surtout ce qui a trait à la formation religieuse

Trésor d'église

Hormis la statuaire décrite plus avant il n’y a pas de trésor d’église

Collections privées

Se résument à quelques pièces décrites dans la statuaire

Société d'histoire et de Patrimoine

Chantiers archéologiques ou de restauration
Y-a-t-il dans la commune une ou plusieurs personnes qui s'intéressent à l'histoire locale ?

Néant au trois questions

Traditions, folklore, animation

Nom populaire en patois de la commune : Porgue

Nom populaire des habitants : « Les Portieux »

Patois – dialecte, a-t-il été étudié ? : « Non »

Traditions anciennes :

Confrérie des vignerons,
de Saint Spin,
de Saint Michel,
de Saint Sébastien.

Coutumes anciennes : Le donâge

A la mi-carême, les garçons déambulent dans les rues du village et s’arrêtent devant la maison des filles qu’ils vont marier. L’un d’eux est porteur d’un fusil chargé à blanc dont il tire un coup d’avertissement ; c’est le joyeux avertissement.

Après chaque publication des bans, la proclamée invite son fiancé de 24 heures a venir manger des pois « dépissés », dont elle a préparé les boulettes en se servant d’un dé à coudre, en guise d’emporte pièce à perforer la pâte des beignets.

Le 1er mai : Les aspirant au mariage appuient contre la façade de la maison de leur préférée des branches d’arbres fleuris. Ceux qui ont essuyé un refus déposent un emblème de malignité pour orner la demeure de leur demandée.

Cités par Vital Collet dans « Les communes du Canton de Charmes » A.D.V. B228

Anciens usages et coutumes

Fête (s) votive (s) Dates

Notre Dame de Bonsecours – pèlerinage annuel

Construite suite à un vœu : échapper à l’envahisseur de la guerre de 1914, une chapelle fut construite sur la route de Rambervillers. On y vénérait Notre Dame de Bonsecours. C’était en été la promenade du dimanche. Par suite de glissement de terrain la chapelle fut démolie

Fête patronale – Dates

A Portieux-Centre : Le dimanche qui suit le 1er mai (translation des reliques de Saint Spinule de Moyenmoutier à Belval)

A la Verrerie de Portieux : Le dimanche qui suit le 14 septembre (Exaltation de la Sainte Croix)

Manifestation (s) religieuse (s)
Manifestation (s) populaire (s)
Manifestation (s) diverse (s)
Groupe folklorique
Néant pour les quatre questions

Liste des associations (Distinguer entre Loisirs, Culture, Sports et Divers)

Comité des Fêtes à Portieux-Centre et la Verrerie
Ensemble vocal Amitié et Joie
Club du 3ème âge
Amicale des donneurs de sang
Amicale laïque
Amicale des Anciens Combattants d’Afrique du Nord

Association Sport, Culture et Loisirs :

Gymnastique, tennis de table, yoga
C.S.V.P. – Club sportif Verrerie de Portieux (ce Club de football n'existe plus en 2002. Mais il subsiste une association des Anciens de C.S.V.P. très active)

Agence locale d’un journal – Correspondants

La Liberté de l’Est : M. André Secrétaire de Mairie
L’est Républicain : M. Désirand

Publication de la commune :

Bulletin officiel de la commune, une fois l’an

Quelques repères :

Plan cadastral ancien 1824 au cadastre à Epinal
Matrices cadastrales 21 novembre 1823 (Archives Départementales des Vosges (A.D.V. - P 355)
Registre B.M.S. dès 1685 (A.D.V. - GGA Portieux)

Objets classés à l'Inventaire des Monuments historiques :

30 Juillet 1907 Bénitier en pierre
6 juin 1955 Vierge de piété 15è
6 juin 1955 Grilles du Choeur en fer forgée 18è

Belval :

Chapiteaux du 12è à palmettes
Saint Fiacre 18è
Retour du croisé... au musée lorrain
Chapiteau du 12è au musée d'Epinal
Grappes de raisins et feuillage actuellement à la Basilique Saint Maurice d'Epinal
Mausolée, pierre tombale de Gérard de Vaudémont et de son épouse, au musée lorrain à Nancy

Document le plus ancien 1107 (Archives Départementales de Meurthe et Moselle (A.D.M.M. - N 33) fondation du prieuré de Belval


Mairie de Portieux-Centre

Café de la Gare Portieux

Cristallerie de Portieux

Médecin

Pharmacie

Belval

Association
« Le Pilan »


La Poste

Couvent de la Providence

Ecoles

Association des Anciens du CSVP
*********************************

  Retour en haut Mairie de Portieux-Centre

32 r Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 43 60

Aprés-midi récréatifs

4 r Fondeurs
88330 PORTIEUX
Tel :03 29 67 47 13

Mairie annexe verrerie

11 rue Mairie
88330 PORTIEUX
Tél-fax : 03 29 67 43 34


























































































































































































































































































































































Retour en haut Café de la Gare Portieux

12 av Georges Marchal
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 40 70


























































































































































































































































































































































Retour en haut Cristallerie de Portieux

35 rue Arts
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 42 22
fax : 03 29 67 34 32


























































































































































































































































































































































Retour en haut Médecin

Eckenfelder Maurice
27 r Arts 88330
VERRERIE DE PORTIEUX
Tel : 03 29 67 45 84
fax : 03 29 67 39 74


























































































































































































































































































































































Retour en haut Pharmacie

Pharmacie Renaud
2 r Arts
88330 VERRERIE DE PORTIEUX
Tel : 03 29 67 44 80
fax : 03 29 67 39 18


























































































































































































































































































































































Retour en haut Etablissements de travail protégé

Association de Belval
Centre d'aide par le travail
Foyer d'hébergement, foyer de vie


13 Route Verrerie
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 42 70
fax : 03 29 67 40 15

Association de Belval

Télécopie : 03 29 67 42 83
Informatique : 13 rte Verrerie
03 29 67 49 87


























































































































































































































































































































































Retour en haut Association « Le Pilan »

Reine ou Denis DAGNEAUX
10, rue des Arts
88330 La Verrerie-de-Portieux
Tél: 03.29.67.35.76

Mais aussi

Pascal DURAND
Tél : 03.29.35.75.75
e-mail : pascal.durand88@wanadoo.fr


























































































































































































































































































































































Retour en haut La Poste Portieux-Centre

20 rue Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel :03 29 67 35 52


La Poste Verrerie

10 rue de la Poste
88330 Verrerie de Portieux
Tel :03 29 67 35 82



























































































































































































































































































































































Retour en haut Centres de Soins de la Providence

37 rue Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 41 63


Ecole de la Providence

23Bis rue Eugène Huraux
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 40 89
fax : 03 29 67 35 22


Centres de Soins de la Providence
Activité : infirmières, soins à domicile


37 rue Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 41 63


Congregation des Soeurs de la Providence
Communautés religieuses
Toutes leurs coordonnées
tous services


37 r Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 81 20 50


Responsable de la Communauté d'Accueil

Tel : 03 29 81 20 51

Maison Provinciale

Tel : 03 29 81 20 60
Télécopie : 03 29 81 20 62

Supérieure provinciale

Télécopie : 03 29 67 37 60

Maison de retraite Saint-Jean

Tel : 03 29 67 47 77

Responsable communauté Saint-Jean

Tel : 03 29 67 44 77

Communauté de la Providence

23 rue Eugène Huraux
88330 Portieux
Tel : 03 29 67 45 24



























































































































































































































































































































































Retour en haut Ecole

34 rue Maurice Coindreau
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 34 14


Groupe Scolaire Verrerie

7 rue Tailleurs
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 41 43


Ecole Maternelle Verrerie

1 rue Gén Leclerc
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 34 34


Ecole de la Providence
écoles primaires privées


23Bis rue Eugène Huraux
88330 PORTIEUX
Tel : 03 29 67 40 89
fax : 03 29 67 35 22



























































































































































































































































































































































Retour en haut Association des Anciens du CSVP

Henri Clop
18 rue des Arts
88330 Verrerie de Portieux
Tel : 03 29 67 45 06
 

Retour à l'index


































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































Retour au plan de Portieux